FAQ - Foire aux questions

Choisissez votre thématique
ARM Candidats
Emploi
Reconversion
Formation
Droits

Services ARM Reconversion

Oui nos services sont totalements gratuits pour les militaires, mais aussi l’ensembles des ressortissants du Ministère des Armées, cela comprend :

  • Les militaires (Armée de Terre, Air, Marine Nationale, Légion Étrangère)
  • Les Gendarmes
  • Les Pompiers (Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris & Brigade des Marins Pompiers de Marseilles)

En vous inscrivant sur ARM Reconversion vous bénéficiez d’un accès gratuit à nos offres d’emploi et d’un accompagnement personnalisé si l’un de nos partenaires de recrutement est intéressé par votre profil de compétences. Retrouvez également nos différents articles de blog autour des thèmes de la reconversion, de l’emploi et de l’entreprenariat.

3 points à retenir : 

  • C’est gratuit
  • Les recruteurs sont là pour votre expérience et votre savoir-être de militaire
  • Votre CV sera obligatoirement consulté puisque les recruteurs sont ici pour vous

OUI ! Nous considérons que votre conjoint/e est soumis aux même exigences de disponibilité et de carrière (ex : mutation, déplacement, OPEX, etc.) et c’est pour cette raison que nous les prenons en compte. 

VOS DROITS AVEC DÉFENSE MOBILITÉ

Vous êtes militaire du rang ou sous-officier ? Défense mobilité vous accompagne tout au long de votre reconversion, avec un suivi individuel et personnalisé.

Vous possédez déjà de nombreux atouts, des compétences mais aussi des savoirs-être comportementaux que le monde civil apprécie beaucoup comme le leadership, le sens de l’engagement, le sens des responsabilités, l’exemplarité, la rigueur, l’adaptabilité, le respect…. En avez-vous conscience ?

À l’issue d’une information générale, un conseiller référent vous accompagnera pendant toutes les étapes de votre parcours de transition professionnelle, du premier entretien jusqu’à votre intégration dans votre nouvel emploi.

Nous plaçons votre projet professionnel au cœur de nos priorités. Un projet auquel vous croyez, mais qui soit également réaliste et réalisable, c’est la première clé d’une reconversion réussie !

Votre démarche

Quand engager votre démarche ?

Nous vous conseillons de contacter Défense mobilité 18 à 24 mois avant votre départ de l’institution pour pouvoir mettre en œuvre toutes les éventuelles aides nécessaires avant votre RDC.

Et si j’ai moins de quatre ans de services à ma date de RDC ? Défense mobilité vous accompagne aussi !

Une reconversion, ce n’est pas repartir à zéro, c’est aussi et surtout capitaliser sur ses acquis.

Laissez-nous vous aider à :

(Re)convertir vos acquis militaires en atouts pour la vie civile ;

(Re)connaître vos compétences, vos savoir-être et vos savoir-faire ;

(Re)définir votre projet professionnel ;

(Re)valoriser vos acquis et votre formation professionnelle.

Votre parcours

Découvrez ci-dessous votre parcours “type” :

Tout au long de votre phase de reconversion, Défense Mobilité est là pour vous aider dans trois grandes phases :

1. Vous informer

Dans un premier temps nous vous invitons à assister à une séance d’information collective afin de découvrir Défense mobilité et son offre de services, recevoir une information spécifique sur l’accès aux fonctions publiques ainsi que bénéficier d’une présentation des missions et de l’organisation des trois fonctions publiques (fonction publique d’État, fonctions publiques territoriale et hospitalière).

Vous rencontrerez également votre conseiller en transition professionnelle référent.

2. Vous orienter

C’est le temps de la réflexion, indispensable pour partir sur de bonnes bases.

L’objectif : mettre vos compétences et vos aspirations en adéquation avec les offres d’emploi dans le(s) bassin(s) que vous visez et définir un plan d’action pour votre stratégie de recherche d’emploi.

En prestation individuelles ou collectives vous allez bénéficier des conseils et du soutien d’un conseiller en emploi qualifié ou de cabinets civils spécialisés afin de :

Réaliser un bilan personnel et professionnel ;

Élaborer et formaliser un projet professionnel réaliste (en termes de compétences) et réalisable (au vu du marché de l’emploi de la zone de prospection) ;

Être informé sur le marché du travail, les besoins des entreprises et les réseaux ;

Établir un plan d’action en vue de valider un projet professionnel dans le cadre d’enquêtes métier et terrain.

3. La mise en œuvre de votre projet professionnel

Une fois votre projet professionnel validé, place à l’action !

L’objectif : vous faire acquérir les techniques pour bien rédiger un CV, une lettre de motivation et réussir un entretien de recrutement, afin de pouvoir vous positionner sur des offres d’emploi adaptées à votre profil.

Vos prestations

Si votre projet professionnel le nécessite, et que vous réunissez les conditions (temps de service), vous pourrez bénéficier d’une aide d’accompagnement vers l’emploi :

Création / reprise d’entreprise ;

Formation professionnelle ;

Adaptation en entreprise ;

Accompagnement vers l’emploi cadre.

Votre conseiller continue de vous accompagner dans la mise en œuvre de votre stratégie de recherche d’emploi et lors de votre intégration en entreprise.

Votre conseiller bénéficie du réseau de nos partenaires ou de procédures adaptées pour l’accès aux fonctions publiques, votre CV peut être déposé sur notre jobboard réservé, vous pouvez consulter les offres de nos partenaires.

Vous bénéficiez d’un suivi jusqu’à trois ans après votre départ de l’institution.

  Vous êtes officier ou civil de catégorie A, et vous allez quitter le ministère des armées ?

La Mission Reconversion des Officiers (MRO) de Défense mobilité est votre instance dédiée et vous propose un suivi spécifique, adapté et personnalisé pour vous accompagner vers un emploi civil.

Son domaine de compétences s’applique à l’ensemble du territoire ainsi qu’à l’étranger.

L’objectif ? Vous aider à accéder à un emploi correspondant aux compétences et expériences acquises au cours de votre carrière au sein de l’institution militaire.

Les étapes de votre accompagnement

Découvrez ici les étapes de l’accompagnement que nous vous proposons :

Mener une réflexion personnelle, guidée par votre conseiller en transition professionnelle au travers d’une double analyse de vos compétences et de votre personnalité ;

Définir votre projet pour aboutir à la synthèse d’un ou plusieurs scenarii de repositionnement professionnel ;

Consacrer du temps à un travail de documentation et de préparation, visant à l’acquisition des principaux outils de communication ;

Concevoir votre stratégie personnelle et élaborer votre plan d’action ;

Mettre en œuvre les techniques de recherche d’emploi : exploitation des annonces ciblées, mise en alerte organisée, activation de votre réseau afin d’accéder au marché caché de l’emploi ;

Être accompagné jusqu’à votre intégration : de la négociation de votre contrat de travail à l’optimisation des conditions de votre prise de fonction.

Les clés de votre réussite

Prendre le temps pour parler de votre projet en toute connaissance de cause ;

Capitaliser sur vos acquis et construire la prochaine étape de votre parcours professionnel ;

Mettre en valeur vos atouts professionnels et personnels ;

Définir les possibles et les orientations prioritaires ;

Choisir les cibles correspondantes et les approcher ;

Construire votre stratégie de communication ;

Bâtir votre plan d’attaque et étendre vos réseaux.

Pour contacter la Mission reconversion des Officiers (MRO) : 

01 79 84 90 60

 Afin de faciliter le retour à l’emploi des militaires blessés, les conseillers de Défense mobilité leur proposent un programme sur mesure.

Militaire blessés : un accompagnement spécifique

Depuis 2012, les militaires blessés bénéficient d’un dispositif dérogatoire afin d’accéder dans des conditions optimales au dispositif de reconversion du ministère des Armées. La mise en place d’un plan d’action ministériel à la fin de l’année 2015 a accru les actions en leur faveur, en particulier pour les militaires en état de stress post-traumatique.

Défense mobilité travaille en étroite collaboration avec le Service de Santé des Armées, les cellules d’aide aux blessés, l’office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), les référents handicap, l’action sociale des Armées, le milieu associatif, ainsi que de nombreux partenaires comme le MEDEF. Le guide du militaire blessé  présente les différentes interactions entre les entités au service du blessé.

En 2018, 225 blessés ont intégré le dispositif Défense mobilité. Une large majorité a retrouvé un emploi en moins de six mois : secteur privé, secteur public, voire création ou reprise d’entreprise pour certains d’entre eux. Même si elles ne sont pas les seules à recruter un militaire blessé, 17 entreprises « grand compte » partenaires, d’ampleur nationale et internationale se sont déjà engagées dans une politique volontariste de de recrutement de militaire blessé.

Pour qui et comment ?

Qui peut bénéficier du dispositif ?

Tous les militaires blessés, quelle que soit la blessure, psychique ou physique, y compris dans le cadre d’un congé de longue maladie (CLM) ou d’un congé de longue durée pour maladie (CLDM), et ce sans condition d’ancienneté de service pour les blessés en opération ou en service.

Pendant combien de temps ?

L’accompagnement proposé est sans limite de temps, même après la radiation des contrôles.

Que peuvent proposer les conseillers de Défense mobilité ?

Aujourd’hui une quarantaine de conseillers en transition professionnelle de Défense mobilité, sensibilisés à la problématique du handicap proposent un accompagnement « sur mesure »  adapté aux besoins  de chacun des blessés, qu’il s’agisse d’un blessé physique et/ou psychique.

La reconversion participe à la reconstruction du militaire blessé. Le conseiller l’accompagne dans la définition d’un nouveau projet professionnel en adéquation avec ses motivations à travers la valorisation de son expérience et de ses compétences. Grâce à sa connaissance du marché du travail, le conseiller aidera le militaire à retrouver rapidement un emploi dans le secteur public ou privé.

Par ailleurs, pour ceux qui le souhaitent, le Centre Militaire de Formation Professionnelle de Défense mobilité bénéficie d’une structure pouvant accueillir des blessés. Les stagiaires blessés en formation au Centre peuvent bénéficier de séances de sport spécifiques dispensées par un moniteur s’appuyant sur des matériels spécifiques ainsi que de séances d’équitation adaptée.

Accompagnement vers l’emploi privé et/ou vers la fonction publique : 

Les militaires blessés peuvent bénéficier des services des prestations d’accompagnement vers l’emploi privé et/ou vers la fonction publique notamment via l’article L4139.3 – Emplois réservés.

Découvrez ci-dessous le témoignage d’Alexandre qui a pu bénéficier de l’aide de Défense mobilité dans sa reconversion :

Vous êtes demandeur d’emploi et ancien personnel du ministère des armées.

Votre Accompagnement par Défense Mobilité

Défense Mobilité, en partenariat avec Pôle emploi, vous accompagne grâce à un service de proximité, jusqu’à trois ans après votre RDC (sans limite de durée pour les blessés en opération).

Ce suivi délégué à Défense Mobilité vous donne l’opportunité d’être suivi par l’un de nos conseillers qui connaît le monde militaire, ses métiers, sa culture et les modalités d’accès des anciens militaires aux Fonctions publiques par la voie des emplois réservés.

Si vous étiez déjà suivi par Défense Mobilité avant votre départ de l’Institution, cette offre vous permet un accompagnement sans rupture.

Défense Mobilité vous propose un accompagnement au sein de votre antenne Défense Mobilité de proximité, et des aides sur mesure pour votre projet, en sessions individuelles ou collectives pour :

Faire le point sur vos compétences ;

Valider si vous souhaitez vos acquis de l’expérience (VAE) ;

Définir votre projet professionnel ;

Apprendre à rédiger vos CV et lettre de motivation ;

Apprendre les techniques de recherche d’emploi ;

Vous préparer aux entretiens d’embauche ;

Vous préparer aux concours administratifs et à l’accès aux emplois réservés ;

Vous faire accéder aux offres d’emploi de nos partenaires, notamment via le jobboard dédié ;

Vous inviter à nos événements sur-mesure (forums emploi, jobdatings) ;

Vous aider à la création ou reprise d’entreprise avec le suivi d’une prestation d’accompagnement du créateur ou repreneur d’entreprise.

Vous conservez également l’accès aux prestations et aux actions de formation que Pôle emploi met à votre disposition.

Votre attestation d’employeur (AE)

Lors de votre départ de l’armée, le référent chômage de votre formation administrative vous délivre une attestation d’employeur signée et destinée à Pôle emploi. La version dématérialisée est télétransmise sur le site internet de Pôle emploi.

Vous devez vérifier les renseignements administratifs qui y sont portés, et tout particulièrement votre état-civil et la durée de votre emploi au MINARM.

Les salaires mensuels indiqués correspondent aux soldes brutes entières perçues auxquelles sont ajoutés, le cas échéant et uniquement, l’indemnité de résidence et le supplément familial de solde, l’ensemble au taux métropole.

Attention : certains renseignements mentionnés sur votre AE peuvent ne pas correspondre à votre situation administrative réelle (niveau de qualification, régime de retraite complémentaire, intitulé du motif de départ…). En effet, compte tenu des spécificités statutaires du code de la défense non prises en compte dans l’AE générique, le référent chômage est dans l’obligation de sélectionner les informations permettant la validation de la saisie de l’AE sur le site internet de Pôle emploi, tout en préservant vos droits au chômage.

Exception : 2 situations excluent définitivement une indemnisation au chômage au titre des services militaires :

les militaires radiés avec le bénéfice d’une pension militaire de retraite à jouissance immédiate au taux plein (≥ à 75 %), et/ou,

les militaires de carrière atteints par la limite d’âge.

Si vous relevez d’une de ces situations d’exclusion, le référent chômage délivre, alors, une attestation de fin d’emploi (AFE) en lieu et place de l’AE.

Muni de cette AFE, vous pourrez vous inscrire à Pôle emploi pour bénéficier des dispositifs d’accompagnement vers un nouvel emploi (ateliers conseil …) mais ne pourrez pas bénéficier d’une indemnisation au chômage.

Vos démarches auprès de Pôle emploi (PE)

Si vous êtes demandeur d’emploi (DE), vous devez, dès le jour de votre RDC, vous inscrire sur le site internet www.pole-emploi.fr, remplir la demande d’allocation puis joindre l’AE dès réception.

Après étude de votre dossier, au vu de votre AE et des justificatifs fournis, PE procède à l’ouverture des droits à l’allocation chômage, si toutes les conditions d’attribution sont réunies.

En cas de départ volontaire de l’armée, PE vous notifie un rejet d’indemnisation de 121 jours (voir ci-dessous dans le paragraphe vos droits aux allocations…).

Pour recevoir chaque mois vos allocations, vous devez respecter vos obligations de demandeur d’emploi, à savoir, actualiser chaque mois votre situation, effectuer des recherches d’emploi, répondre aux convocations, accepter les offres raisonnables d’emploi… Vous devez aussi signaler tout changement dans votre situation personnelle ou professionnelle (reprise d’emploi, maladie, formation…).

Vos droits aux allocations chômage (allocation d’aide au retour à l’emploi = ARE)

Pour bénéficier de l’ARE, vous devez être involontairement privé d’emploi (exemples : fin de contrat, dénonciation/résiliation de contrat par l’autorité militaire, réforme définitive…) et :

Être inscrit comme demandeur d’emploi auprès de PE ;

Justifier d’au moins 130 jours travaillés (6 mois) ou 910 heures travaillées, au cours d’une période de référence de 24 mois (ou 36 mois pour les plus de 53 ans) ;

Être à la recherche effective et permanente d’un emploi

Ne pas avoir atteint l’âge légal de la retraite (actuellement 62 ans) et ne pas détenir le nombre de trimestres requis pour un droit à pension à taux plein du régime général ;

Être physiquement apte à l’exercice d’un emploi ;

Résider en France métropolitaine, DOM, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre et Miquelon ;

Ne pas bénéficier d’une pension militaire de retraite à jouissance immédiate au taux plein (≥ à 75 %) et/ou pour les militaires de carrière, ne pas avoir atteint la limite d’âge.

La durée maximale d’indemnisation :

Elle est de 24 mois pour les demandeurs d’emploi âgés de moins de 53 ans, de 30 mois de 53 à 54 ans et de 36 mois à partir de 55 ans.

En cas de perte volontaire d’emploi (exemples : démission, désertion, fin de période d’essai à l’initiative du salarié, rupture anticipée d’un contrat à l’initiative du salarié), vous n’avez pas droit à l’ARE.

Dans ce cas, PE vous notifie un rejet d’indemnisation de 121 jours à compter de la date de radiation. A l’issue de ce délai et sur votre demande, PE réexaminera vos droits sur production des justificatifs de recherches actives d’emploi. Si votre dossier montre une réelle volonté de réinsertion, PE pourra ouvrir un droit à l’allocation chômage à compter du 122ème jour. Sinon, le rejet sera maintenu.

Attention : la nouvelle réforme sur la possibilité d’ouvrir un droit au chômage à la suite d’une « démission pour poursuivre un projet professionnel dont le caractère réel et sérieux est attesté » concerne uniquement les salariés du secteur privé : les militaires et les agents civils de la fonction publique ne peuvent pas y prétendre.

Certaines démissions peuvent cependant être légitimées par PE sur production de justificatifs, par exemple :

Pour changement de résidence suite à mariage ou PACS,

Pour suivre le conjoint qui change de résidence pour exercer un nouvel emploi,

Les cas de démissions légitimes sont énumérés sur la lettre de Pôle emploi notifiant le rejet de 121 jours au demandeur d’emploi démissionnaire.

Reprise d’activité

Si vous retrouvez un emploi après votre inscription à PE : vous devez déclarer cette activité et les salaires perçus et les justifier (bulletins de salaire, AE).

Si vous réalisez des activités au titre de la réserve opérationnelle : vous devez les déclarer à PE en fournissant l’attestation mensuelle de solde (AMS) sur demande auprès du bureau réserve dont vous dépendez.

La non remise à PE des justificatifs des périodes de travail peut entraîner la suspension ou la cessation de l’indemnisation, voire une demande de remboursement des sommes indûment perçues.

Cas particulier :  RDC avec pension militaire de retraite (PMR) à jouissance différée :

Lorsque vous percevrez votre PMR, vous devrez la déclarer à PE et la justifier en transmettant une copie de votre titre de pension. Si son taux est ≥ 75 %, vous ne pourrez bénéficier d’un droit chômage qu’au titre d’activités autres que militaires.

Créateur d’entreprise

Depuis le 01/07/2020, l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) versée par PE est de nouveau éligible aux ex-ressortissants du ministère des Armées créateurs ou repreneurs d’’entreprise, sur leur demande, dans les conditions d’attribution fixées par le régime d’assurance chômage.

Textes de références

Code de la défense (articles R.4123-30 à R.4123-37).

Décret n° 2019-797 du 26 juillet 2019, modifié, relatif au régime d’assurance chômage, et ses annexes notamment son règlement (annexe A).

Foire aux questions (FAQ)

Obtenez des réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le droit chômage des ressortissants du ministère des Armées :

Vous êtes conjoint de personnel de la défense, Défense mobilité vous accompagne dans votre recherche d’emploi.

Si vous êtes lié(e) à un ressortissant de la Défense par le mariage, un Pacte Civil de Solidarité (PACS), une vie commune ou même dans les trois ans suivant une séparation ou un départ en retraite du conjoint ressortissant de la Défense, vous pouvez faire appel à nos services dans la cadre d’une recherche d ‘emploi.

Les exigences du métier des militaires, marqué notamment par les absences opérationnelles et la mobilité géographique, ont des incidences très concrètes sur l’activité professionnelle de leur conjoint. C’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour faciliter votre retour à l’emploi, qu’il s’agisse de reprendre une activité professionnelle après plusieurs années d’interruption ou après une perte d’emploi suite à un déménagement pour suivre votre conjoint militaire muté.

Votre accompagnement par un conseiller Défense mobilité :

Votre conseiller vous proposera :

Un accompagnement individualisé et personnalisé ;

Un apprentissage des techniques de recherche d’emploi : rédaction de CV, lettres de motivation, préparation aux entretien d’embauche ;

Une mise en relation avec des employeurs privés et publics et le réseau des partenaires de Défense Mobilité ;

Pour en bénéficier, il suffit de contacter l’antenne Défense mobilité la plus proche de votre domicile : un premier rendez-vous vous permettra de réaliser un bilan personnel et professionnel et de décider d’un plan d’action.

-> Défense mobilité accompagne également les conjoints fonctionnaires.

Financement de prestations :

Votre conseiller pourra, si nécessaire, en fonction de votre projet professionnel et selon certaines exigences d’éligibilité (inscription à Pôle emploi, à chaque mutation ou une fois tous les cinq ans …), mobiliser certaines prestations : 

Co-financement de formations professionnelles longues en complément de Pôle emploi jusqu’à 6 000 €;

Financement de formations courtes d’adaptation à l’emploi (durée de 3 jours) ;

Remboursement a posteriori de cycles d’enseignements (jusqu’à 4 500 €, 12 mois de scolarité) sous conditions.

Financement de cours de FLE (Français Langue Étrangère) au profit des conjoints non francophones en recherche d’emploi ;

Financement d’une démarche de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). 

Prestations d’accompagnement de la Mission Reconversion des Officiers (MRO), pour les conjoints ayant cotisé à une caisse cadres et/ou détenteurs d’un niveau BAC+3 ;

Prestation d’accompagnement à distance :  

Vous êtes conjoint de militaire à l’étranger et outre-mer et vous retournez en métropole cet été ? Vous allez prochainement déménager ? Vous êtes éloignés d’une antenne Défense mobilité ?  

Défense mobilité peut également vous accompagner à distance.

Notre accompagnement à distance vous permet : 

d’analyser votre  parcours professionnel ;

d’identifier votre portefeuille de compétences ; 

d’identifier vos aptitudes professionnelles ; 

de clarifier vos valeurs et vos motivations ;

d’envisager éventuellement un nouveau métier, un autre secteur, une formation ; 

de définir un projet professionnel réaliste ;

de confronter vos souhaits aux réalités professionnelles ; 

de définir les étapes et le plan d’action de  votre nouveau projet.

 

FAQ

Obtenez des réponses aux questions les plus fréquemment posées !

Infographie et témoignages de conjoints de militaires accompagnés par DM 

Témoignages vidéo :

Virginia, conjointe de militaire

Delphine, conjointe de militaire

Ressources pédagogiques : 

Faire son CV (outil disponible sur emploi Store)

https://www.emploi-store.fr/portail/services/outilDeCreationDeCvDesignPdfGratuit

Suivez l’ensemble de vos candidatures en un seul endroit et boostez leur potentiel !

https://www.emploi-store.fr/portail/services/memo

Réussir son entretien d’embauche

https://www.youtube.com/watch?v=-O4Pl-gkw9Y&feature=emb_title

Comment contacter votre antenne Défense Mobilité de proximité ?

Annuaire géographique notre réseau : https://www.defense-mobilite.fr/annuaire

Ou n° vert : 0 800 64 50 85 (n° vert)

Conjoint de militaire, vous êtes fonctionnaire de l’État (à l’exception des agents du ministère des armées), Défense mobilité appuie votre demande de mobilité au sein de votre administration dans le cadre d’un rapprochement de conjoint.

Le rôle de Défense mobilité est d’appuyer chaque demande de manière individualisée et argumentée auprès de votre administration.

Toutefois, votre administration restera toujours souveraine dans ses choix au regard de ses impératifs de gestion. Le cas par cas fera ainsi loi.

Les conjoints fonctionnaires de l’État souhaitant bénéficier de cet appui transmettront par courriel à Défense mobilité [defense-mobilite-conjoint-fpe.contact.fct@intradef.gouv.fr] les documents suivants :

Formulaire à renseigner  (DOC, 0.04Mo)

Copie de l’ordre de mutation ou de l’attestation de mutation de votre conjoint militaire ;

Copie du certificat de position militaire datant de moins de 3 mois ;

Copie du livret de famille ou PACS ;

Copie de votre demande de mobilité.

Pour les conjoints enseignants : vœux saisis dans le serveur SIAM.

Dans le cas, d’un conjoint enseignant dans un établissement privé, merci de prendre contact avec l’antenne Défense mobilité locale. 

Conjoint de militaire, vous êtes agent de la fonction publique territoriale ou hospitalière, les conseillers des antennes Défense mobilité peuvent vous proposer un accompagnement de proximité dans le cadre de votre mobilité.

Contrairement à la fonction publique de l’État, la mobilité inter-collectivités territoriales ou entre les établissements hospitaliers n’est possible que lorsque vous avez identifié sur les bourses d’emplois (place de l’emploi public, gazette des communes, emploi-territorial.fr, etc.) un poste sur lequel vous souhaitez être nommé. Les collectivités territoriales et les établissements hospitaliers ont l’obligation d’assurer la publicité de leurs emplois vacants.

Pour faciliter votre mobilité, votre conseiller Défense mobilité vous apportera son appui : rédaction de votre CV et de votre lettre de motivation, préparation des entretiens de recrutement et mise en relation avec des recruteurs publics en fonction des liens établis localement et de leurs besoins en compétences.

Comment contacter votre antenne Défense mobilité de proximité ?

Annuaire géographique notre réseau : https://www.defense-mobilite.fr/annuaire

Ou n° vert : 0 800 64 50 85 (n° vert)

Vous êtes civil de la Défense ? Défense mobilité vous accompagne, que vous vous soyez fonctionnaire, contractuel ou ouvrier d’Etat.

Votre contrat n’est pas renouvelé, votre projet de vie évolue, et vous souhaitez une transition professionnelle vers le secteur privé ?

Comme pour le personnel militaire, Défense mobilité vous propose jusqu’à trois ans après votre départ du ministère :

Un conseiller dédié, pour un accompagnement de proximité, personnalisé, tout au long de votre parcours de transition professionnelle ;

Un réseau de partenaires et des offres d’emploi ciblées et adaptées à votre projet ;

Un jobboard dédié.

Défense mobilité vous propose un accompagnement au sein de votre antenne Défense mobilité de proximité, et des aides sur mesure pour votre projet, en sessions individuelles ou collectives pour :

Faire le point sur vos compétences ;

Valider si vous souhaitez vos acquis de l’expérience (Validation des Acquis de l’Expérience) ;

Définir votre projet professionnel ;

Apprendre à rédiger vos CV et lettre de motivation ;

Apprendre les techniques de recherche d’emploi ;

Vous préparer aux entretiens d’embauche ;

Vous préparer aux concours administratifs et à l’accès aux emplois réservés ;

Vous faire accéder aux offres d’emploi de nos entreprises partenaires, notamment via le jobboard dédié ;

Vous inviter à nos événements sur-mesure (forums emploi, jobdatings) ;

Vous aider à la création ou reprise d’entreprise avec le suivi d’une prestation d’accompagnement du créateur ou repreneur d’entreprise.

Vous êtes demandeur d’emploi et ancien personnel du ministère des armées.

Votre attestation de l’employeur (AE)

Lors de votre départ du ministère, votre gestionnaire RH vous délivre une attestation signée destinée à Pôle emploi. La version dématérialisée est télétransmise sur le site internet de Pôle emploi.

Vous devez vérifier les informations administratives vous concernant qui y sont portées et tout particulièrement votre état-civil et la durée de votre emploi au MINARM.

Vos démarches auprès de Pôle emploi (PE)

Si vous êtes demandeur d’emploi (DE), vous devez, dès le lendemain de votre dernier jour d’emploi, vous inscrire sur le site internet www.pole-emploi.fr, remplir la demande d’allocation puis joindre l’AE dès réception.

Après étude de votre dossier, au vu de votre AE et des justificatifs fournis, PE procède à l’ouverture des droits à l’allocation chômage, si toutes les conditions d’attribution sont réunies.

En cas de départ volontaire du ministère, PE vous notifie un rejet d’indemnisation de 121 jours (voir ci- dessous dans le paragraphe « vos droits aux allocations… »).

Pour recevoir chaque mois vos allocations, vous devez respecter vos obligations de demandeur d’emploi, à savoir, actualiser chaque mois votre situation, effectuer des recherches d’emploi, répondre aux convocations, accepter les offres raisonnables d’emploi… Vous devez aussi signaler tout changement dans votre situation personnelle ou professionnelle (reprise d’emploi, maladie, formation…).

 

Vos droits aux allocations chômage (allocation d’aide au retour à l’emploi = ARE)

Pour bénéficier de l’ARE, vous devez être involontairement privé d’emploi (exemples : licenciement, fin de contrat, rupture conventionnelle, départ avec indemnité de départ volontaire) et :

Être inscrit comme demandeur d’emploi auprès de PE ;

Justifier d’au moins 130 jours travaillés (6 mois) ou 910 heures travaillée, au cours d’une période de référence de 24 mois (ou 36 mois pour les plus de 53 ans) ;

 Ne pas avoir atteint l’âge légal de la retraite (actuellement 62 ans) et ne pas détenir le nombre de trimestres requis pour un droit à pension à taux plein du régime général ;

Être physiquement apte à l’exercice d’un emploi ;

Être à la recherche effective et permanente d’un emploi ;

Résider en France métropolitaine, DOM, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre et Miquelon.

La durée maximale d’indemnisation :

Elle est de 24 mois pour les demandeurs d’emploi âgés de moins de 53 ans, de 30 mois de 53 à 54 ans et de 36 mois à partir de 55 ans.

En cas de perte volontaire d’emploi (exemples : démission, abandon de poste, rupture anticipée d’un contrat à l’initiative du salarié, refus de renouvellement de contrat non justifié), vous n’avez pas droit à l’ARE.

Dans ce cas, PE vous notifie un rejet d’indemnisation de 121 jours à compter de la date de départ du ministère. A l’issue de ce délai et sur votre demande, PE réexaminera vos droits sur production des justificatifs de recherches actives d’emploi. Si votre dossier montre une réelle volonté de réinsertion, PE pourra ouvrir un droit à l’allocation chômage à compter du 122ème jour. Sinon, le rejet sera maintenu.

Attention : la nouvelle réforme sur la possibilité d’ouvrir un droit au chômage à la suite d’une démission pour poursuivre un projet professionnel dont le caractère réel et sérieux est attesté, concerne uniquement les salariés du secteur privé : les militaires et les agents civils de la fonction publique ne peuvent pas y prétendre.

Certaines démissions peuvent cependant être légitimées par PE sur production de justificatifs, par exemple :

Pour changement de résidence suite à mariage ou PACS ;

Pour suivre le conjoint qui change de résidence pour exercer un nouvel emploi ;

Les cas de démissions légitimes sont énumérés sur la lettre de Pôle emploi notifiant le rejet de 121 jours au demandeur d’emploi démissionnaire.

L’indemnité départ volontaire (IDV) 

Fonctionnaires et contractuels en CDI : nouvelles dispositions à compter du 01/01/2020

A compter du 01/01/2020, les fonctionnaires et contractuels en CDI dont le poste est supprimé dans le cadre d’une restructuration de services et qui démissionnent avec le bénéfice de l’IDV peuvent, désormais, ouvrir un droit aux allocations de chômage sans application d’un différé spécifique d’indemnisation. Le montant de l’IDV ne figure pas sur l’AE destinée à Pôle emploi.

Ouvriers de l’État

Il est à noter qu’il n’y a aucun changement dans les droits « chômage » des ouvriers de l’État radiés avec le bénéfice de l’IDV et de l’IDV-CRE (pour création ou reprise d’entreprise) : ils sont considérés en perte involontaire d’emploi et de ce fait, l’allocation de chômage peut leur être attribuée sans différé d’indemnisation, si toutes les conditions d’attribution sont réunies. Ni le montant de l’IDV « simple » ni celui de l’IDV-CRE ne figurent sur l’AE destinée à Pôle emploi.

NB : La dispense de recherche d’emploi applicable aux ex-ouvriers de l’Etat âgés de plus de 58 ans est abrogée depuis le 1er janvier 2012.

 

La rupture conventionnelle dans la fonction publique à compter du 01/01/2020

La rupture conventionnelle consiste en un accord mutuel entre l’agent civil et l’administration.

Ce cas de cessation de fonction :

prévoit le versement par l’administration d’une indemnité spécifique de rupture conventionnelle (ISRC) dont le montant attribué se situe entre un montant plancher et un montant plafond déterminés en fonction de l’ancienneté de services de l’agent ;

ouvre droit aux allocations chômage mais le montant de l’ISRC peut générer un différé d’indemnisation par Pôle emploi de 150 jours maximum.

Reprise d’activité

Si vous retrouvez un emploi après votre inscription à PE : vous devez déclarer cette activité ainsi que les salaires perçus et les justifier (bulletins de salaire, AE). La non-délivrance des justificatifs des périodes de travail à PE peut entraîner la suspension ou la cessation de l’indemnisation, voire une demande de remboursement des sommes indument perçues.

Si vous réalisez des activités au titre de la réserve opérationnelle : vous devez les déclarer à PE en fournissant l’attestation mensuelle de solde (AMS) sur demande auprès du bureau réserve dont vous dépendez.

 

Créateur d’entreprise 

 Depuis le 01/07/2020, le versement de l’allocation d’aide au retour à l’emploi est maintenu pour les allocataires qui bénéficient de l’exonération de cotisations sociales (ACRE), sur demande et dans les mêmes conditions que celles prévues pour l’aide à la reprise ou création d’entreprise (ARCE) fixé par le régime d’assurance chômage.

 

Textes de référence

Code du travail (article R1234-9)

Décret n° 2020-741 du 16 juin 2020 relatif au régime particulier d’assurance chômage applicable à certains agents publics et salariés du secteur public

Décret n° 2019-797 du 26 juillet 2019, modifié, relatif au régime d’assurance chômage, et ses annexes notamment son règlement (annexe A)

 

Foire aux questions (FAQ)

Obtenez des réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le droit chômage des ressortissants du ministère des Armées.

FAQ CETIC (PDF, 0.85Mo)

Rédaction : Centre expert de traitement de l’indemnisation chômage (CETIC) décembre 2021

La MIRVOG

La Mission pour le Retour à la Vie civile des Officiers Généraux (MIRVOG) est un organisme du ministère des armées ayant pour mission d’accompagner les officiers généraux tout au long de leurs démarches de retour à la vie civile.

Créée le 30 mai 2005 par décision du ministre des armées, interface entre les officiers généraux et la société civile, la MIRVOG s’attache à développer la mise en contact des officiers généraux avec les recruteurs potentiels n’appartenant pas forcément à la sphère « Défense », en privilégiant le monde de l’entreprise, la haute fonction publique, les missions de conseil, mais aussi le monde associatif rémunéré ou non, voire les collectivités locales.

Composée de personnels appartenant aux armées, la MIRVOG a choisi de s’entourer de professionnels civils, spécialistes de la reconversion des seniors, ayant une très bonne expérience du coaching et une parfaite connaissance du monde de l’entreprise.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site Internet de la MIRVOG.

Dans la vidéo ci-dessous, découvrez le témoignage d’un ancien général désormais à la tête du marché international de Rungis :

La formation

Défense mobilité vous accompagne dans votre formation professionnelle.

​Lors de la validation de votre projet d’accès à un emploi privé, il peut s’avérer nécessaire de compléter votre formation.

Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour mener à bien votre projet, une aide peut vous être accordée.

Période de formation

Elle peut se présenter selon les cas :

  • Sous la forme d’un congé de reconversion d’une durée maximale de 120 jours ouvrés, fractionnables ;
  • Sous la forme d’un congé complémentaire de reconversion d’une durée maximale de six mois consécutifs.

Offre de formation

En milieu civil

Défense mobilité a pour mission, dans le cadre de la politique de reconversion du ministère, d’assurer l’accompagnement vers l’emploi du personnel en transition professionnelle.

Pour atteindre cet objectif, Défense mobilité développe une offre de formations professionnelles diplômantes, qualifiantes et certifiantes permettant d’obtenir des titres professionnels ou autres diplômes et dont la seule finalité est de permettre la mise en œuvre d’un projet professionnel validé comme réaliste et réalisable.

Afin de faciliter vos démarches, et dans le but de vous proposer des formations toujours mieux adaptées à vos besoins, Défense mobilité a signé des marchés avec des sociétés de dimension nationale pour les formations les plus demandées. Tout autre projet professionnel ne rentrant pas dans le cadre de ces dispositifs est étudié par Défense mobilité.

Les marchés cités comprennent un catalogue de 350 formations dans les secteurs d’activités suivants :

  • Transport de marchandises, de voyageurs, de personnes ;
  • Logistique ;
  • Bâtiment et travaux publics ;
  • Métiers du tertiaire (commerce, vente, ressources humaines, informatique, service à la personne) ;
  • Sécurité privée ;
  • Métiers en milieu hyperbare (scaphandrier) ;
  • Mécanique ;
  • Métallurgie ;
  • Sports.

En milieu militaire

Notre Centre Militaire de Formation Professionnelle (CMFP) situé à Fontenay-le-Comte (85) s’adresse principalement aux militaires contractuels peu ou pas qualifiés, ou quittant l’institution sans acquis transposables.

Le financement

Le coût de la formation professionnelle est pris en charge sous conditions, selon certains critères que vous précisera votre conseiller en transition professionnelle.

À noter : l’hébergement au CMFP est entièrement gratuit, même si votre congé ne couvre pas la durée totale de la formation. Vous continuerez de bénéficier de l’hébergement gratuit, même en tant que civil.

Si vous ne souhaitez pas demander un congé de reconversion, le « remboursement des cycles d’enseignement » vous permettra également, sous conditions, une prise en charge de votre formation, après votre départ des armées. Ainsi, les militaires qui ont suivi à leurs frais une formation dans les cinq ans précédant leur départ peuvent bénéficier d’un remboursement de tout ou partie de leur formation.

Un cycle d’enseignement peut correspondre à :

  • Une scolarité ;
  • Une formation.

Les démarches de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) peuvent également vous êtes remboursées. Elles sont cumulables, sous conditions, avec une formation professionnelle financée par Défense mobilité.

 

La formation professionnelle en milieu militaire est assurée par le Centre Militaire de Formation Professionnelle (CMFP) situé à Fontenay-le-Comte (Vendée). Il dispose également d’une antenne à Saint Mandrier (Var) qui propose depuis 2016 des ateliers bilan orientation et une formation “Soudeur Assembleur industriel “.

En 2020, l’antenne du CMFP de Saint-Mandrier s’est doté d’un nouvel atelier de techniques de recherche d’emplois (ATRE).

CMFP

Vues aériennes de l’antenne de Saint-Mandrier (à droite) et du centre de Fontenay-le-Comte (à gauche).

Centre d’expertise de la reconversion

Le CMFP dispose d’une offre de services pour les militaires en reconversion : ateliers bilan orientation, remise à niveau scolaire, stages de formation professionnelle…

Le CMFP propose d’accéder à des titres professionnels (de CAP/BEP à Bac+2) ou des qualifications permettant un accès à l’emploi dans les meilleurs délais.

Ce sont près de 50 métiers accessibles avec ou sans prérequis pour des durées de formation de six semaines à onze mois.

Le CMFP est l’un des atouts majeurs de l’offre de formation et de valorisation des compétences proposées par Défense mobilité.

Unique au sein des armées, le CMFP accueille chaque année près de 1 600 stagiaires dans le cadre d’une formation adaptée à leur projet professionnel. Grâce à un accompagnement personnalisé, les conditions d’apprentissage et de retour à l’emploi y sont optimales.

Les ateliers bilan orientation, les ateliers de techniques de recherche d’emplois et la formation de ” Soudeur Assembleur industriel ” dispensés à la Section de Formation Professionnelle (SFP) de Saint-Mandrier sont également coordonnés par le CMFP.

Découvrez dans la vidéo ci-dessous plus de détails sur la formation de Soudeur Assembleur industriel de Saint-Mandrier :

À l’issue des formations suivies en 2021, 98,5% des stagiaires ont obtenu leur titre professionnel.

Le centre accueille des militaires issus des trois armées, de la gendarmerie et des directions et services.

La formation professionnelle est un facteur déterminant de l’accès à l’emploi. En effet, lorsque le métier que vous exercez dans la défense n’a pas d’équivalence dans le civil, il est nécessaire d’en apprendre un nouveau. Il se peut également que vous ayez un projet de réorientation professionnelle ou que votre projet professionnel nécessite un complément de formation.

  • Les stages de formation

En 2022, le CMFP propose 107 stages (hors remises à niveau et ateliers bilan orientation) répartis au sein de 50 formations couvrant 9 domaines d’activités du marché de l’emploi.

 

1. Aéronautique

 

2. Bâtiment

 

3. Génie climatique

 

4. Industrie

 

5. Mécanique

 

6. Réseaux, télécommunication, informatique

 

7. Sécurité

 

8. Tertiaire et services à la personne

 

9. Transport et logistique

 

Le soutien au stagiaire

Celui-ci est au centre des préoccupations de l’ensemble des permanents du centre et des prestataires de formation.

Afin de garantir leur réussite au titre professionnel, les stagiaires en difficulté durant leur formation peuvent bénéficier directement d’un soutien scolaire individualisé et adapté.

Ceux dont les dossiers administratifs présentent des lacunes ou des erreurs, susceptibles de les gêner dans le cadre de leur départ des armées, peuvent être accompagnés lors de leur passage au centre par la cellule de Préparation au Retour à la Vie Civile (PRVC).

L’accompagnement vers l’entreprise

Des professionnels et des cadres spécialisés vous forment aux techniques de recherche d’emploi (CV, lettre de motivation, entretien d’embauche…).

Le placement

Vous bénéficiez au CMFP d’un suivi individualisé, réalisé par des conseillers compétents chargés de vous accompagner tout au long de votre formation. Ils vous formeront aux techniques de recherche d’emploi afin de faciliter votre accès à de nouvelles fonctions.

 Ce soutien est complété par un Espace Recherche Emploi (ERE) où vous pouvez mettre en pratique vos nouvelles connaissances, et par une cellule relation entreprises chargée de faire connaître auprès des employeurs la qualité des formations dispensées au CMFP ainsi que la plus-value du savoir-être dont vous êtes emprunt.

À cela s’ajoute, l’action de la Plateforme d’assistance Clients (PAC), en charge de diffuser à l’ensemble de la chaîne de Défense mobilité les offres d’emploi recueillies par certains acteurs de Défense mobilité.

Découvrez plus de détails sur ce centre d’expertise dans la vidéo ci-dessous : 

Découvrez toutes nos vidéos du CMFP sur notre playlist Formation / CMFP YouTube !

 

Il existe deux mesures en alternance pour votre reconversion :

Le contrat de professionnalisation

De quoi s’agit-il ?

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail, dans une entreprise du secteur privé uniquement, à durée indéterminée (CDI), ou à durée déterminée (CDD) d’une durée de 6 à 12 mois, qui comporte une alternance avec des périodes d’enseignement en vue d’acquérir une qualification enregistrée au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale de branche, et ouvrant droit à un certificat de qualification professionnelle.

La formation associée au contrat est intégralement financée par des organismes extérieurs au ministère des armées, sans participation financière du militaire.

Qui peut-y prétendre ?

  • Les militaires et volontaires de toutes les armées sans distinction d’ancienneté de service ;
  • Le personnel civil du ministère des armées, en situation de reclassement professionnel (hors des fonctions publiques) ;
  • Le personnel militaire blessé en opération, non radié des contrôles, sans distinction d’ancienneté de service, en position d’activité ou de non activité (sous condition de la délivrance d’un certificat médical établi par un médecin militaire) ;
  • Le personnel jouissant d’un congé du personnel navigant, d’un congé pour création ou reprise d’entreprise ;
  • Les anciens militaires accompagnés par Défense mobilité, dans le cadre du suivi délégué par Pôle Emploi.

Conditions d’éligibilité

  • Etre âgé de 16 à 25 ans révolus ;
  • Etre demandeur d’emploi ou futur demandeur d’emploi de catégorie E de 26 ans et plus (un militaire en activité, en reconversion, doit s’inscrire à Pôle Emploi s’il est âgé d’au moins 26 ans).

 

Le contrat d’apprentissage

De quoi s’agit-il ?

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail, dans une entreprise du secteur privé ou en secteur public, à durée indéterminée (CDI), ou à durée déterminée (CDD) d’une durée de 1 à 3 ans, qui permet l’acquisition en alternance d’une formation théorique et pratique en vue d’obtenir un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

La formation est intégralement financée par des organismes extérieurs au ministère des armées, sans participation financière du militaire.

Qui peut-y prétendre ?

  • Les militaires et volontaires de toutes les armées sans distinction d’ancienneté de service ;
  • Le personnel civil du ministère des armées, en situation de reclassement professionnel ;
  • Le personnel militaire blessé en opération, non radié des contrôles, sans distinction d’ancienneté de service, en position d’activité ou de non activité (sous condition de la délivrance d’un certificat médical établi par un médecin militaire) ;
  • Le personnel jouissant d’un congé du personnel navigant, d’un congé pour création ou reprise d’entreprise ;
  • Les anciens militaires accompagnés par Défense mobilité dans le cadre du suivi délégué par Pôle emploi.

Conditions d’éligibilité

  • Être âgé  de 16 à 29 ans révolus (moins de 30 ans pour les militaires). ;
  • Aucune condition d’âge n’est requise si la personne bénéficie de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) ou de créateur / repreneur d’entreprise ;

Les avantages de l’alternance

Pour le candidat, elle permet :

  • D’obtenir un diplôme ou une qualification reconnus au niveau national ;
  • De bénéficier d’une formation entièrement orientée sur la mise en pratique des savoirs et savoir-faire acquis ;
  • D’accéder à l’emploi plus rapidement et de se familiariser progressivement avec le monde de l’entreprise.

Pour l’employeur, elle permet :

  • De former un éventuel futur salarié ;
  • De le préparer à la vie et à la culture de l’entreprise ;
  • De pouvoir recruter une personne connue et adaptée aux besoins ;
  • Bénéficier d’avantages financiers (exonérations des cotisations, crédits d’impôts apprentissage).